Les symptômes de la souffrance

Lieu de réalisation de soi, d’épanouissement, le travail est aussi pour certains un lieu de stress et d’aliénation. Voire de grande souffrance.
Les manifestations de la souffrance au travail, de stress plus ou moins aigus, peuvent être ressenties à 3 niveaux :
Au niveau physique, avec une grande fatigue, des maux de tête, des tensions musculaires, de dos, des problèmes de peau…
Au niveau émotionnel avec la perte progressive de confiance en soi et d’estime de soi, avec l’installation du stress, d’une nervosité ou d’irritabilité, d’une grande tristesse ou d’un sentiment de vide, …
Au niveau cognitif, apparaissent des difficultés de concentration, de mémoire, des difficultés à exécuter des tâches quotidiennes ou simples, …

stress au travail hommeLa souffrance commence souvent par la fatigue… rarement prise au sérieux par vous et votre entourage. Parfois un immense sentiment de solitude vous envahit, Où sont vos collègues, hier encore, amis ou complices ?…
Puis, aller au travail, devient de plus en plus difficile… vous rend anxieux, un poids sur l’estomac, un nœud au creux de ventre … malade, vraiment malade.
Alors vous essayez de faire plus, de faire mieux, vous travaillez plus pour « compenser », mais cela ne va toujours pas…
Vous vous sentez en danger, vous êtes sur le qui-vive, les nerfs en pelote, les larmes aux yeux.
Au fil du temps, vous ne prenez plus le temps de déjeuner, vous partez de plus en plus tard le soir. Le jour, au travail, vous ne pensez qu’aux critiques faites sur votre travail. La nuit, vous faites des cauchemars sur le travail qui vous réveillent en sueur.
Bientôt, vous n’arrivez plus à dormir. Les week-end, vous êtes couché avec des maux de tête ou de ventre. Vous n’avez plus l’énergie de vous occuper de vos enfants.
Vous ne sortez plus car vous vous sentez épuisé et puis ce que vous ressentez au travail est impossible à partager, et vos amis se sont lassés de vous entendre parler du travail, rien que du travail… La vie sociale disparait chaque jours un peu plus. ,
Vous avez peur  et vous pleurez dans votre voiture ou aux toilettes. Vous êtes perdu et ne savez plus ce qui est bien ou mal, juste ou injuste, vrai ou faux.

Vous passez votre temps à vous justifier pour que les critiques s’arrêtent. Comme tout ce que vous faites est critiqué, vous finissez par vous croire nul. En plus, vous avez des problèmes de mémoire, vous avez du mal à vous concentrer.
Vous maigrissez, ou bien vous grossissez, vous êtes plus souvent malade: eczéma, gastrites, problèmes gynécologiques…
Vous vous sentez harcelé, en souffrance au travail. Vous vous sentez seul, pas soutenu, perdu. Vous ne savez plus quoi faire. Vous vous demandez pourquoi vous vous mettez dans un tel état pour le travail. D’ailleurs, on vous le dit, « on ne vous a pas demandé d’en faire autant… »

stress au travail femmeA ce stade, si rien ne change, si rien ne vient contrarier le déroulement de la souffrance, il y a toutes les chances que vous rentriez dans le stade aigu du burnout … qui selon l’association souffrance et travail, (voir site : www. souffrance-et-travail.com) de la façon suivante :

. Un assèchement affectif et émotionnel (« plus rien ne me touche »)
. La déshumanisation de la relation, un cynisme grandissant (comme une attente « jubilatoire » » de la catastrophe)
. Une grande démotivation,
. De très vifs sentiments d’échec, d’impuissance, d’inutilité
. Associés à un sentiment de perte de maîtrise sur son travail, de vieillissement, d’obsolescence (vous vous sentez «  dépassé », ou vous ne vous se reconnaissez plus dans l’évolution du travail, du métier)
. Vous pouvez être tenté de prendre de risques,
. Vous devenez négligent, ou vous perdez en rigueur,
. Vous devenez rigide avec une grande méfiance et développez un résistance aux changements
. Enfin vous vous repliez sur vous-mêmes, vous fuyez les lieux de convivialité, et ressentez une grande solitude.

Ces symptômes sont spécifiques aux situations de souffrance au travail.