Merveilleux Cerveau

Fonctionnement du cerveau

Comprendre le fonctionnement cérébral est un préalable indispensable à la compréhension de nos problèmes et du mode d’action de l’hypnose, de la sophrologie, de la PNL et autres thérapie brèves.
Notre cerveau  a la taille et l’apparence d’un petit chou-fleur. Mais grâce à ses 100 milliards de cellules nerveuses (autant qu’il y a d’étoiles dans notre galaxie !), nous pouvons penser, planifier, parler, imaginer… et en même temps avoir conscience de tout ça !
cerveau imagé

Imaginons maintenant que l’on coupe en 2 ce petit chou-fleur ; on obtient 2 parties : une à droite, appelée hémisphère droit, l’autre à gauche, appelée hémisphère gauche.
On parle souvent de cerveau droit et de cerveau gauche. Les hémisphères contrôlent l’ensemble de nos fonctions mentales supérieures : mouvements volontaires, pensée, apprentissages, mémoire, etc.

Chacun de ses 2 hémisphères sont eux-mêmes divisé en 4 parties : ce sont les lobes
Le cerveau est très organisé. Chacune de ses parties ont des rôles spécifiques, tout en étant complémentaires les unes des autres
Les principales fonctions de chaque lobe sont les suivantes :

  • Les lobes frontaux  situés le plus près du front : parole et langage, raisonnement, mémoire, prise de décision, personnalité, jugement, mouvements.
  • Le lobe frontal droit gère les mouvements du côté gauche du corps, et inversement, le lobe frontal gauche gère les mouvements du côté droit.
  • Les lobes pariétaux, au-dessus du crâne : lecture, repérage dans l’espace, sensibilité
  • Les lobes occipitaux : vision
  • Les lobes temporaux, à l’arrière du crâne : langage, mémoire, émotions.

En résumé, nous avons bien qu’un seul cerveau (même si on prit l’habitude de parler de « cerveau gauche » et de « cerveau droit ») constitué de deux hémisphères, eux-mêmes divisés en 4 lobes.
Ces 2 hémisphères communiquent entre eux en permanence et nous sont tous deux indispensables. Ils commandent chacun une partie du corps : le cerveau gauche commande la partie droite de notre corps tandis que le cerveau droit commande la partie gauche. Etrange… mais réel !
Ce n’est pas tout. Non content de commander chacun une partie distincte de notre corps, ces deux hémisphères ont des fonctions différentes : d’un côté les mots et le langage, la philosophie et la religion, de l’autre les symboles et les images, les mathématiques et les sciences,…
Et pour compliquer un peu, cerveau droit et cerveau gauche ont également des facultés différentes, des façons de fonctionner différentes !

En caricaturant un peu, voilà comment on pourrait définir leur principales dispositions.

Cerveau gauche :

Avec lui, tout est noir ou blanc ! Le gris ou pire les couleurs n’existent pas.
Le cerveau gauche ne connaît pas le désordre : tout est rangé à sa place ! il catalogue, étiquette, compartimente et porte une dénomination claire.
il se focalise sur le détail. Il est analytique, logico-déductive, rationnelle
Un « cerveau gauche » est à l’aise avec la théorie
C’est le lieu du langage, des codes, de l’abstraction
Si le cerveau gauche était un métier, il serait comptable ou juriste

Cerveau droit :

Avec lui, tout est nuancé.
Le cerveau droit aime la couleur et les formes arrondies, il gère les images.
Tout fait partie d’un ensemble. Le détail ne l’intéresse pas. Il est synthétique, global.
Il ne fonctionne pas avec les codes mais avec les analogies
Il est le lieu du concret, du palpable, de l’action
Un « cerveau droit » utilise volontiers les comparaisons, les métaphores
Il gère l’espace, l’intuition, le sens artistique. Surtout, chaque information nouvelle passe par lui. C’est déstabilisant, il est donc le siège des affects négatifs.
Si le cerveau droit était un métier, ce serait un artiste,

Sur ces bases, chacun des hémisphères ont des atouts qui lui sont propres et complémentaires. Les neuroscientifiques tiennent à préciser qu’ils fonctionnent de manière coordonnée par l’intermédiaire du corps caleux.

On comprendra que chercher à développer ses deux hémisphères permettrait de disposer d’un panel de compétences étendu. Il paraîtrait d’ailleurs que les surdoués activent plus souvent que les autres leurs deux hémisphères…
Pourtant, force est de constater que la plupart des personnes ont un profil déséquilibré. Non pas qu’elles soient psychopathes ! Mais plutôt qu’elles privilégient inconsciemment l’un des deux hémisphères.
A noter que ceci est souvent  à l’origine de nombreux grands points de désaccord dans le monde de l’entreprise. Bien souvent, lorsque d’importantes différences d’opinions apparaissent entre deux collègues, aucun des deux n’a véritablement raison. Chacun a un fonctionnement qui lui est propre et sa propre vision des choses. Ainsi, si l’un privilégie la vision d’ensemble tandis que l’autre se focalise sur un détail, tel projet n’avancera pas beaucoup.

Il est donc préférable de tirer parti des qualités de chacun de nos hémisphères !

Comment fonctionnent l’hypnose, la sophrologie et les thérapies brèves ?

Nous savons maintenant que nous possédons un cerveau gauche conscient, logique, analytique volontaire, raisonné et un cerveau droit inconscient, émotionnel, global.
Un jour, nous arrivons avec notre cerveau gauche conscient à la conclusion que nous avons un problème dont nous n’arrivons pas à nous débarrasser et nous imaginons à tort que c’est par manque de volonté.
Il peut s’agir d’un trouble précis du comportement tel qu’une addiction, une phobie, un trouble des conduites alimentaires, la perte de ses capacités dans certaines circonstances…
Mais le trouble peut également être plus général et permanent, tel que le manque de confiance en soi, le stress, l’anxiété, la dépression.
Quand que nous parlons de « problème » c’est notre cerveau droit émotionnel qui, pour un ensemble de raisons que l’on ne connaît pas forcément, ne veut pas ou ne peut pas fonctionner comme on le souhaiterait.

Il devient alors très difficile de se sortir de l’impasse et c’est normal : Le cerveau conscient et sa volonté n’ont absolument pas les moyens d’affronter le cerveau émotionnel, qui est infiniment plus puissant !
Car contrairement à ce que l’on nous a trop souvent raconté quand nous étions enfants, le « je veux, je peux » cela ne marche pas ou, plus exactement, cela ne marche que si le cerveau émotionnel est d’accord.
C’est d’ailleurs pour cela que les reproches à ceux qui fument, qui boivent, qui mangent, qui paniquent dans les ascenseurs ou les avions, qui crient quand ils voient passer des souris ou des araignées, qui stressent ou qui dépriment, ne fonctionnent pas. Car ce n’est pas de la volonté qu’il est question, la volonté n’ayant pas les moyens d’affronter l’inconscient.
Pourquoi cela se passe-t-il comme cela ? Parce que le cerveau gauche et le cerveau droit habitent ensemble, bien sûr, mais ils ne fonctionnent pas de la même manière et ils communiquent très mal :

Imaginons qu’un jour, vous viviez un événement traumatisant.
Votre cerveau droit inconscient n’a pas les moyens de prendre de la distance par rapport à cet événement. Il va donc le vivre au premier degré et comme il a un disque dur, il va y graver « traumatisme ». Il s’en souviendra toute sa vie, c’est-à-dire toute la vôtre.

Votre cerveau gauche, lui, peut prendre de la distance, analyser, disséquer, digérer l’événement …et il va le faire ! Il va transformer le traumatisme en mauvais souvenir, le mauvais souvenir en souvenir avec lequel on peut vivre et il va le « ranger »dans la boîte à souvenirs que nous avons tous.
Et vous pensez que c’est réglé…..A gauche oui mais … pas à droite ! En effet, côté inconscient, l’événement reste gravé et vécu comme un traumatisme et ce même si, paradoxe, vous l’avez complètement oublié à gauche.

Et là est tout le problème, bien sûr, car dans votre vie, des événements qui ne vous ont pas plu, des grands comme des petits, vous en avez vécu des millions et, en plus, ce ne sont pas forcément les plus grands qui font le plus mal. Votre cerveau gauche a bien fait son travail : il a digéré, rangé, oublié … Faites un test : Essayez, en moins d’une minute, de retrouver quinze très mauvais souvenirs de votre vie, et vous constaterez que c’est impossible.
Alors que si nous posions la même question à votre cerveau droit sous hypnose (ce que nous ne faisons jamais, bien sur), le résultat serait tout autre car il se souvient de tout !
Ce qui explique que votre cerveau droit puisse avoir besoin de se rassurer par exemple en mangeant ou en fumant, qu’il déprime ou que, dans certaines circonstances, il panique.
L’idéal serait bien sûr que nos deux cerveaux communiquent un peu mieux et que notre cerveau conscient puisse aider notre cerveau émotionnel à mieux vivre le passé et à changer d’attitude.
Mais le plus souvent, la communication entre les deux cerveaux est difficile voire impossible car la porte est close.

Là intervient l’hypnose, la sophrologie, la PNL, les TMO qui vous permettront d’ouvrir cette porte et d’avoir accès aux immenses ressources de votre cerveau émotionnel.
Car tant qu’à avoir d’immenses ressources, autant les utiliser plutôt que les subir.
Vous voulez en savoir plus sur le fonctionnement du cerveau : http://lecerveau.mcgill.ca/
Marjolaine lapascalie, thérapeute et sophrologue