Réagir vite

Que faire quand on se sent épuisé, stressé, angoissé par son travail ?

Quand les collègues de bureau, les amis, le cercle familial commence à vous alerter … à vous faire remarquer que «  vous avez l’air très fatigué »…que vous êtes irritable, depuis plusieurs semaines, plusieurs mois, que l’on a du mal à travailler avec vous… et que vous-même, vous vous sentez angoissé, « pas à la hauteur », avec l’impression que quelque chose ne tourne plus rond dans votre travail, que la peur ou l’angoisse d’aller le matin au travail commence à s’installer… il est temps de réagir rapidement …
Quand cette situation perdure dans le temps, elle peut vous conduire tout droit dans une situation de de stress, de souffrance et même à l’épuisement professionnel.

Avant que la situation ne s’aggrave

souffrance travAvant toute chose : Ne restez pas seul ! Et faites part des difficultés que vous rencontrez dans votre travail à votre entourage professionnel et personnel.
En premier lieu, tirer le signal d’alarme ! : demander un rendez-vous avec le manager direct, la direction des ressources humaines voire la direction générale. Faites leur part le cas échéant des dysfonctionnements qui vous empêchent de travailler correctement et /ou sont causes de stress …
Communiquer le plus concrètement possible sur vos difficultés et sur votre ressenti. N’hésitez pas à demander par écrit que vous soient communiquées les décisions pour remédier à vos difficultés qui pourraient être facilement évitées. L’entreprise doit et à l’obligation de réagir. A défaut, contactez vos représentants du personnel.
N’hésitez pas à consulter un médecin si vous vous sentez fatigué, irritable, vidé… ou demander à voir le médecin du travail : il saura vous écouter, et dans le cas où l’entreprise ne serait pas réactive, il peut servir d’accélérateur.

Vous êtes déjà au bord de l’épuisement professionnel (burnout)

Les jours de repos, les vacances ne vous permettent plus de vous reposer : Vous vous sentez épuisé tout le temps, physiquement et mentalement…
Vous n’arrivez plus à prendre du recul avec les situations de travail… vous interprétez négativement tous les signes, tous les messages que l’on vous transmet.
Des pensées cyniques, ou destructrices vous viennent à tout bout de champs…
Côté physique, rien ne va plus : insomnie, manque d’appétit, problèmes de digestion, maux de tête et de dos, problème de tension artérielle, tachycardie, acouphènes…
Vous êtes en proie à une grande inquiétude intérieure avec une incapacité de détachement, un sentiment de vide, de désespoir, de frustration, sensation d’inutilité, hébétude…
Vous avez du mal à vous concentrer, vous doutez de vous, de plus en plus, et de plus en plus souvent…

Prenez garde à ne pas Ignorer ou minimiser ces symptômes d’épuisement… c’est une réaction, hélas, très courante dans ces situations. D’autant plus que beaucoup évitent entre autre de s’avouer être malade de burnout parce qu’ils ont peur de ne pas pouvoir réintégrer leur travail après un traitement ou une thérapie.

Comment réagir ?

A ce stade de la souffrance, il est important que vous puissiez prendre du recul en coupant provisoirement avec l’entreprise et les relations pathogènes.
Votre médecin doit pouvoir vous prendre en charge et vous prescrire un arrêt de travail.
Rencontrez vite également votre médecin du travail… Au-delà de sa prise en charge, il saura vous conseiller sur la thérapie qui peut vous être nécessaire. Au cas où votre entreprise aurait fait la sourde oreille concernant votre environnement pathogène (harcèlement moral ou sexuel, vexation, surcroît ingérable d’activités, désorganisation d’un service, conflits entre collègues…) le médecin du travail pourra également signifier à votre employeur les raisons de votre mal-être et le rappeler à ses obligations.

Enfin, dans tous les cas, il est important de se faire accompagner par un thérapeute.
Aussi bien dans le cas de manifestations pathologiques liées au stress, que dans le cas de symptômes dépressifs, même légers.
Hypnose et Sophrologie ne sont pas des solutions miracles …Pour autant, ces thérapies permettent de stopper ou de réduire notablement et durablement les conséquences psychiques et physiques de la souffrance. Dans la plupart des cas, les bienfaits sont quasi immédiats. N’hésitez pas à nous consulter et nous demander plus amples informations sur nos techniques et protocoles mis en œuvre.